Renoncer c’est mourir. Je suis morte une fois, ça n’arrivera plus !

ob_0ae947_large

Je vais et je viens… Et puis plus rien… Ma vie d’auteure freelance n’a sans doute pas changé, me diras-tu ! Toujours trop occupée à écrire, corriger, imaginer, recommencer, écrire, relire, courir d’éditeur en éditeur… Et se retrouver seule, face à son ordinateur, mon plus fidèle ami, mon seul ami même ! Et puis l’autopublication, celle qui demande des heures d’ingéniosité pour faire connaître mes projets. Les refus, les échecs, et le foutage de gueule d’Amazon qui prend les auteurs pour des cons avec leur programme unlimited qui nous rémunère encore moins qu’un chinois qui trime dans une usine de textile !

Bref ; il y a quelques mois, j’avais décidé de stopper cette automutilation mentale en décidant de mettre un terme tout çà ! Ce n’est pas en courant d’échec en échec que l’on remonte la pente glissante sur laquelle nous nous sommes lancés tête baissée ! Sûre de cette décision, je n’ai pas renoncé à écrire. J’ai renoncé à donner de mon temps et de ma patience à des éditeurs castrés, et à filer mes romans à des plateformes qui brassent des millions grâce aux auteurs autopubliés qui se font bouffer le peu qu’ils gagnent par ces mêmes plateformes incapables de protéger nos fichiers comme il se doit !

Cette décision de baisser les bras n’était sans doute pas la meilleure. Et c’est là que le destin intervient ! À peine j’avais lâché le morceau, que je reçois le journal auquel je ne suis pas abonnée (merci monsieur le facteur). Je tombe sur un article qui présente une nouvelle maison d’édition innovante qui cherche des auteurs. Têtu comme une bourrique, je refuse de leur écrire (Non mais oh, pour une fois que je dis non ! On ne va pas me faire faiblir si vite !!!) 5 minutes plus tard, le mail était envoyé ! J’avoue, je suis faible face à mon ambition d’y parvenir et de fermer le clapet de certains !

vivre-ses-reves-424x218

Alors échec ou pas ? Et là, le miracle s’est produit. Ce moment tant imaginé est enfin arrivé ! Tu sais, ce moment où l’auteur écoute son répondeur et où il entend la voix de Dieu. (Crois-moi, à force d’échec, celui qui veut enfin s’attarder sur tes projets devient une divinité à tes yeux !)  Quand tu entends les mots : génial, j’ai adoré, j’aimerais en discuter… tu touches plus terre ! Alors tu fais ce que tout le monde ferait : tu rappelles immédiatement ! (Bon avant tu fais une recherche Google pour voir s’il n’y a pas d’arnaques là dessous !) Ça sonne, bordel, cale ta voix et parle sans faire de bug (pfff laisse tomber, j’ai ramé sans qu’il y ait d’eau !)

Ce que tu entends est trop beau pour être vrai ! Première fois que tu te lances dans l’écriture d’une saga jeunesse, et bing on veut de ton roman ! Le rendez-vous est pris à la maison d’édition. Quelques jours plus tard, rendez-vous, tout se passe pour le mieux, même mieux que prévu ! Je ne vais pas publier un tome, mais la saga complète ! Une semaine plus tard, contrat signé, petit verre avec mes éditeurs (je suis repartie dans un état ^^), bref une chance incroyable d’être parvenu à atteindre mon objectif dans des conditions aussi parfaites !

Avec le recul, je prends peu à peu conscience de l’aventure dans laquelle je me suis lancé, mais surtout de la chance que j’ai. J’ai enfin trouvé un éditeur, j’ai signé un contrat (au top) et je bosse avec une équipe géniale qui travaille d’arrache-pied pour embellir cette saga littéraire ! Je me sens forcément privilégiée et me sens soulagée de ne plus faire partie de ces auteurs qui cherchent sans relâche à partager leur passion. J’étais sur le point de renoncer à ce rêve, alors qu’il se trouvait juste derrière une porte… Une dernière porte que je ne voulais pas ouvrir.

Le hasard y est sans doute pour beaucoup dans cette histoire. Sans ce journal que je ne reçois normalement pas, je ne serais pas tombé sur cet article. Je n’aurais pas envoyé le mail. Je n’aurais pas décroché ce contrat. Sans le hasard, j’aurais échoué tout simplement. Je disais toujours qu’il ne faut jamais abandonner, pourtant, je l’ai fait. Aujourd’hui, je suis contente de cette leçon de vie. J’ai failli passer à côté de cette réussite, car je ne supportais plus les multiples échecs (personnels ou professionnels), j’ai eu tort. Il ne faut rien lâcher, il faut se battre jusqu’au bout. Il faut croire en ses ambitions et parfois laisser le hasard vous ramener sur le droit chemin…

Prochain post : présentation de ma maison d’édition.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s